RETOUR VERS LA PAGE D'ACCUEIL DE LA FCDE

 

RECHERCHE sur le site


BLOG, Actualités, débats, propositions


FORUM TECHNIQUE


LEGISLATION Code de la route, Loi handicap, PDU, PLD, Loi sur l'air, etc.


Schéma des  Circulations Douces et Charte du CG de l'Essonne


Aménagements et  Voies  Vertes en Essonne


Manifestations et Balades 


Espace enfants: sécurité, tests code, pédagogie


 

 

retour vers Associations adhérentes Lien vers le site d'Elan-Savigny

www.elan-savigny-environnement.org

Lien vers l'Étude pour la promotion des circulations douces ŕ Savigny au format PDF http://www.elan-savigny-environnement.org/circulation_douce.pdf

Résumé de l'étude ci-dessous


ELAN - SAVIGNY ENVIRONNEMENT

146 Avenue de l’Armée Leclerc
91600 Savigny sur Orge

Association Loi 1901 N° 0913010890
Agrément n° 2001/Pref./4228/DCL/0299 juin 2003

pour nous joindre: contact@elan-savigny-environnement.org

 

COMPOSITION DU BUREAU

(Elu  ŕ  l'ASSEMBLEE GENERALE DU 26 AVRIL 2003)

Présidente

Vice Présidents

Secrétaires

Trésorier

BOURNER  Evelyne

TOBAR  Marie-Christine,  ROZE DES ORDONS Jacques

  SEGUENOT  Monique, GAUCHAT  Roland

  MARTIN  Marcel


L'Association Elan - Savigny Environnement a pour objet :

  • de tout mettre en oeuvre pour faire respecter et protéger la nature, l'environnement et la qualité de la vie,
  • de lutter contre les nuisances de toutes sortes, en particulier le bruit et les autres nuisances résultant des trafics aérien, routier et ferroviaire ;
  • de faire respecter les dispositions régissant l'urbanisme ŕ Savigny sur Orge et dans ses environs
  • de défendre les intéręts matériels et moraux de ses membres dans le cadre de l'objet de l'Association et d'assister ceux d'entre eux qui, en accord avec l’Association, engageraient une action dans le cadre de son objet ;
  • d'une maničre générale,  toute activité se rapportant directement ou indirectement ŕ l'objet ci-dessus en liaison avec les Autorités concernées.

 HISTORIQUE

1981  :   Création de l'association ELAN (dont le but est principalement de participer ŕ la lutte contre les nuisances aériennes : refus de l'utilisation de la piste n° 2 nord-sud dont l'usage implique le survol de Savigny - maintien du couvre-feu - refus d'une nouvelle piste n° 6 ŕ Orly (projet abandonné)

1992 :   Création de l'association SAVIGNY ENVIRONNEMENT (qui s'oppose ŕ un projet de déchetterie en milieu urbain ŕ Savigny sur Orge - démarche ayant abouti ŕ l'abandon du projet)

1998  :   Fusion d'ELAN avec SAVIGNY ENVIRONNEMENT dont la vocation était la défense du cadre de vie et de l'environnement ŕ Savigny sur Orge.

2001  :    Agrément Préfectoral d'ELAN-SAVIGNY ENVIRONNEMENT

Elan-Savigny Environnement est affilié ŕ l'UFCNA (Union Fédérale contre les nuisances des aéronefs), ŕ Essonne Nature Environnement, ŕ Ile de France Environnement, et adhérent au CAB (Comité d'Action contre le Bruit)  et ŕ la Ligue contre la Violence Routičre.

OBJECTIFS

·        Tout mettre en śuvre pour faire respecter et protéger la nature, l'environnement et la qualité de la vie,

·        Lutter contre les nuisances de toutes sortes, en particulier le bruit et les autres nuisances résultant des trafics aériens, routiers et ferroviaires ;

·        Faire respecter les dispositions régissant l'urbanisme ŕ Savigny et dans ses environs

....................................................__________________________________............................................

Nombre d'adhérents ŕ jour de leur cotisation  ŕ fin 2002  : 294

Nombre de "sympathisants" (cotisants occasionnels) dans le fichier de l'association : 450

ACTIONS EN COURS

Ř      Participation ŕ toutes les actions de protection des riverains d'aéroports (respect du décret limitant le nombre de mouvements ŕ Orly, maintien du couvre-feu, non-utilisation de la piste n°2, refus des projets de nouveaux couloirs aériens, recommandation de VATRY comme aéroport de délestage des deux grands aéroports franciliens)…

 Ř      Suivi de dossiers locaux, régionaux et nationaux :

- sur le cadre de vie local (Savigny sur Orge) - nuisances industrielles, commerciales, amélioration des conditions de circulation piétonne et cycliste - (action de relais des adhérents auprčs des collectivités locales, Mairie etc.)

- sur la Vallée de l'Orge - aménagement des rives(inondations, promotion de la promenade de l'Orge)

- sur les projets locaux d'aménagement et de construction immobiličre au détriment d'espaces verts

- visites de quartiers et recommandations ŕ la Municipalité

- affichage et panneaux publicitaires abusifs et illégaux

- grands projets régionaux (Tangentielle, Tramway N7) et participation aux instances régionales sur le PDU (Plan de Déplacement Urbain)

-    Etude "CIRCULATIONS DOUCES" ŕ Savigny sur Orge

CONTACTS :

Evelyne BOURNER (Présidente)  Tél. 01 69 96 10 35   e-mail : contact@savigny-environnement.org


 

Enquęte circulations douces – Savigny sur orge

De nombreux adhérents nous ont fait part de leur inquiétude face ŕ un certain nombre d’obstacles ŕ la circulation des piétons dans notre ville, notamment des trottoirs souvent étroits, parfois défoncés ou encombrés de poteaux installés anarchiquement, végétations non entretenues, et combien de fois envahis de véhicules en stationnement illicite (voir photos prises ŕ Savigny) sans oublier la vitesse excessive qui augmente l’insécurité. Nous avons voulu savoir si ces critiques étaient fondées.

                                                                                             

Réunion publique  « Circulations Douces »   Savigny sur Orge   8 février 2004 – Grande Salle MJC

 INTRODUCTION DE LA PRESIDENTE (Mme Evelyne BOURNER)

 L’association ELAN – SAVIGNY ENVIRONNEMENT, dont je suis la présidente, a pour objectif de contribuer ŕ la défense du cadre de vie et de l’environnement ŕ Savigny sur Orge.  Elle regroupe environ 400 familles.   Les membres du Conseil d’Administration, au nombre de 16,  sont trčs actifs et forment une équipe dynamique et motivée.

 Tout d’abord, je tiens ŕ vous remercier d’ętre venus nombreux ŕ notre réunion publique sur les conditions de circulation des piétons, handicapés, personnes ŕ mobilité réduite, et vélos, ŕ Savigny.

Je regrette l’absence des élus et des responsables techniques de la municipalité, que nous avons pourtant trčs largement informés et invités, et qui ont reçu le document complet  de notre étude. Nous ne pouvons que regretter qu’ils ne soient pas lŕ pour répondre aux questions que vous ne manquerez pas de poser et pour assurer un vrai dialogue sur ce sujet important.

 Nous avons entrepris cette grande étude dčs le printemps 2002, suite ŕ des  plaintes et remarques de nos adhérents en assemblée générale et au cours de nos visites de quartiers.   Nous avons donc voulu aller voir de prčs et sur le terrain, si ces plaintes étaient fondées et si vraiment les piétons pouvaient circuler agréablement et en sécurité ŕ Savigny, détecter les vrais problčmes et les points noirs…

Au départ, nous ne pensions pas nous engager dans un tel  gros chantier qui nous a donné beaucoup de travail. Mais une fois l’étude commencée, il n’était pas question d’arręter, il fallait continuer.  Et d’ailleurs nous ne le regrettons pas.  Le « chef d’orchestre » de cette opération est Monsieur Etienne LAMBERT, qui y a consacré beaucoup de temps, et pratiquement tous ses loisirs… et que nous remercions.

 Il s’agit donc d’une démarche citoyenne, menée par des bénévoles, dans le but de contribuer ŕ améliorer les choses. Nous n’avons pas voulu noircir le tableau mais répondre ŕ un besoin, qui n’est pas propre ŕ Savigny : il suffit de lire les grands titres des medias sur les encombrements, la pollution,  etc..,  Pas de polémique, pas de critique inutile et vaine, pas d’agressivité  : des faits constatés sur le terrain, des résultats statistiques démontrés, et une démarche résolument constructive et positive. Vous allez voir des photographies édifiantes montrant le peu de place laissé aux piétons dans de nombreuses rues dont les trottoirs sont en mauvais état, encombrés d’obstacles, ou envahis par des voitures en stationnement illicite. Ce sont des situation dangereuses pour eux,  et vous serez convaincus qu’il faut agir pour rendre leur vraie place aux circulations douces. Les rues doivent ętre laissées aux véhicules mais les trottoirs et passages protégés doivent permettre la marche et la promenade ŕ pied en toute sécurité et confortablement.

 Un document de prčs de 100 pages, trčs technique et détaillé car toutes les rues de notre ville ont été visitées et commentées par des bénévoles, précise la méthodologie et donne notre constat sur toute la voirie de Savigny : conditions de circulation des piétons, PMR, poussettes, chariots de commissions, handicapés, vélos etc – et nous faisons des suggestions et recommandations aux autorités locales.

Comme je l’ai signalé plus haut, ce document a été largement distribué ŕ la Mairie de Savigny : élus et services techniques, au Conseil Général, Conseil Régional, et associations amies.

 Cette étude qui nous a coűté environ 2600 € n’a pour l’instant fait l’objet d’aucune subvention (attente de réponse du Conseil Général)

Par contre, l’association, grâce ŕ ses adhérents, en avait les moyens financiers.  Cette action  s’inscrit parfaitement dans les objectifs et les statuts de notre association : contribuer ŕ la défense du  cadre de vie et de l’environnement dans notre ville.

Il est normal, et męme indispensable, que les associations et leurs adhérents s’investissent, et donnent leur avis sur les problčmes rencontrés dans la vie quotidienne. Elles sont un relais indispensable vis-ŕ-vis des autorités. Nous remercions toutes les personnes qui ont donné de leur temps pour mener ŕ bien cette étude.

 Aprčs la présentation de l’étude (assistance trčs réceptive et intéressée) :

 outre le sujet principal,  des questions ont posé plus précisément sur :

- les déjections canines (« crottoirs »)  -   la végétation qui déborde et envahit les trottoirs  -   les nids de poule et plaques d’égouts, dangers pour les vélos  -   la circulation dangereuse Av. Jean Allemane (nombreux poids lourds)  -  le cas de la « Montagne Pavée »  - la vitesse Av. de l’Armée Leclerc (accident corporel récent touchant des enfants)

Commentaire ŕ la fin de la réunion :

Nous regrettons un courrier de M. le député-maire, qui a vu dans notre étude une démarche militante en période électorale.  Il n’en est rien, évidemment, nous pouvons le rassurer totalement, nous ne nous associons ŕ aucune action politique et notre étude avait  démarré dčs mars 2002…  Par contre, elle ne peut que lui ętre utile pour définir les priorités de travaux ŕ mener, dans l’intéręt des piétons, vélos etc.   Il a eu connaissance des résultats, ainsi que du document complet. Nous sommes certains qu’il est maintenant convaincu de la qualité de notre travail, et de son utilité pour la Commune. Nous échangeons volontiers notre document sur les circulations douces contre celui demandé par la Municipalité sur la circulation automobile.. que nous pourrions consulter utilement, mais qui ne nous a pas encore été communiqué.

 Merci ŕ tous de ce débat animé et utile et surtout d’avoir répondu ŕ notre invitation : il n’est pas toujours facile de se libérer un dimanche aprčs-midi, et nous sommes heureux d’avoir pu réunir plus de 120 personnes pour les informer, et leur donner la parole.  Il faut mentionner également  les trčs nombreux messages  d’habitants de Savigny  ne pouvant venir mais nous assurant de leur soutien.  Nous sommes heureux que la Presse de l’Essonne soit représentée  également.    Nous ne pouvons que vous conseiller d’adhérer ŕ notre association, plus nous serons nombreux, plus nous serons forts et écoutés.

 Merci ŕ toutes et ŕ tous, et bonne fin de soirée.

                                                                                                                    Evelyne BOURNER

RESUME DU DOCUMENT FINAL

ELAN – SAVIGNY ENVIRONNEMENT   146, avenue de l’Armée Leclerc    91600  -  Savigny-sur-Orge

Tél.  01 69 05 12 32 (secrétariat)                    Association Loi 1901 N° 0913010890       Agrément n° 2001/Pref./4228/DCL/0299

JANVIER 2004    :     ETUDE  POUR  LA  PROMOTION DES

 CIRCULATIONS  DOUCES            ŕ 

SAVIGNY-SUR-ORGE

 Une réponse ŕ un besoin individuel et collectif de plus en plus urgent

                    Les rues de nos villes ont dű absorber un trafic automobile pour lequel elles n’étaient pas conçues. Cela s’est fait au détriment de l’espace dévolu aux autres modes de déplacement. En milieu urbain, la voiture est en outre une source importante de pollution chimique et sonore.

 Il est devenu nécessaire de restaurer un équilibre acceptable entre les différents moyens de transport (mieux partager l’espace public), tout en améliorant notre qualité de vie.

 Il s’agit d’une véritable révolution sur le long terme, qui, outre une volonté politique, des stratégies et des moyens – parfois importants –, exigera une profonde mutation des mentalités.

1  -  LE PROJET

Il répond ŕ une demande des Saviniens. Ambitieux et innovant, il a été réalisé avec les forces bénévoles de l’association et l’aide de l’ACS (Amicale Cyclo de Savigny-sur-Orge). Son élaboration a duré environ 15 mois.

 Il se place dans le cadre du Plan de Déplacements Urbains (PDU), dont les axes majeurs sont les suivants :

  • diminuer le trafic automobile (le PDU d'Ile-de-France prévoit une réduction du trafic automobile de 3% en 5 ans et, corrélativement, une augmentation de 2% de l'usage des transports collectifs),
  • développer les transports collectifs,
  • favoriser la marche et la bicyclette,
  • aménager le réseau principal de voirie au profit des modes non automobiles,
  • organiser le stationnement,
  • organiser le transport et la livraison des marchandises,

 Il s’articule avec le Schéma Directeur départemental des Circulations douces. 

2    -  LES PIETONS

 (Un piéton, c’est aussi un fauteuil roulant, une poussette, un landau, un caddie ou un cycliste ŕ pied.)

 L’étude a été conduite en trois phases :

  • Un état des lieux, pour collecter des informations aussi précises que possible
  • Un bilan
  • Des propositions.

L’enquęte a été effectuée par 68 personnes ŕ partir d’un code simple assurant un maximum de précision, d’objectivité et de cohérence de l’information recueillie et centré autour de 6 critčres :

ŕ         L : largeur des trottoirs, souvent due ŕ la présence d'un obstacle (le plus souvent un poteau),

ŕ         F : obstacles fixes (plots en béton, poteaux implantés au milieu du trottoir),

ŕ         M : obstacles mobiles (stationnement illicite, matériaux, poubelles …),

ŕ         R : revętement (absent, troué, en mauvais état …),

ŕ         T : traversées de chaussée (notamment adaptées aux PMR),

ŕ         E : éclairage public.

 Elle couvre les 283 voies communales et départementales, y compris les sentiers, soit une longueur totale de 104,365 km.

 Le nombre de signalements recueillis s'élčve ŕ 979 et les principaux points signalés sont les suivants :

          Largeur insuffisante                                    373

          Revętement                                               201

          Obstacles fixes                                         136

          Obstacles mobiles (stationnement illicite)    123

          Traversées                                                  11

 Les rues les plus « renseignées » sont : Jean Allemane (45 fois) ; Paul Sumien (38) ; Poiriers (28 fois pour 170 m) ; Rossays (25) ; Fromenteau (25) ; Aristide Briand (25 infos pour 2450 m).

 A partir de la base de données ainsi constituée, des fichiers spécifiques dans lesquels les rues sont classées par ordre alphabétique ont été créés pour chacun des 6 critčres retenus au départ.

 Chaque rue a ensuite reçu une note déterminée ŕ partir des éléments observés. La largeur (au niveau des obstacles) et l’état du revętement des trottoirs ont été notés comme suit :

 Largeur :           0  =    >  80 cm                         Revętement :                 0  =   bon

1  =   de 60 ŕ 79 cm                                                     1  =   assez dégradé

                        2  =    de 40 ŕ 59 cm                                                    2  =   dégradé

                        3  =    < 40 cm                                                             3  =   trčs dégradé

Les premiers résultats montrent que le nombre de voies dont les trottoirs ont une largeur nominale inférieure ŕ 0,80 mčtres est seulement de 4 (1 km), alors que le nombre de voie dont les trottoirs ont une largeur utile inférieure ŕ 0,80 mčtres (notes 1, 2 ou 3) est de 81 + 21 + 9 = 111 (51,6 km).

Cet écart provient ŕ la fois de la présence d’obstacles fixes (poteaux notamment) et du « grignotage » opéré sur tout ou partie de la longueur de la voie au bénéfice de la circulation automobile.

 La circulation automobile étant un facteur aggravant pour le piéton : proximité des véhicules, étroitesse de la rue, étroitesse, mauvais état, étroitesse ou encombrement des trottoirs, qui obligent les piétons ŕ descendre sur la chaussée, nous avons appliqué un coefficient « trafic », repris d’un document des services municipaux, selon le barčme suivant :

1 = trafic faible ; 2 = trafic moyen ; 3 = trafic important ; 4 = trafic trčs important.

L’application de ces 3 critčres de notation a permis d’établir plusieurs « palmarčs » : largeur utile des trottoirs (L) ; état du revętement (R) ;  classement final (L  +  R  x  T).

L et  R variant de 0 ŕ 3 et T de 1 ŕ 4, la plage de notation s’étend ainsi de            (0 + 0)  x 1 = 0

ŕ          (3 + 3) x  4 = 24.

 Sur la base de la note finale obtenue, les sites visités ont été répartis en 6 groupes de gravité décroissante. 

 

Groupe

 

Note

 

       Qualification

 

Nombre de voies

 

% du nombre de voies

(sur 267)

 

Longueur
(en Km)

 

% de la longueur totale
(101,6 Km)

 

Remarques

 

A

 

10 et +

 

Trčs graves difficultés, le plus souvent aggravées par le trafic

 

 

12

 

4,49

 

11,15

 

10,9

 

Nombreux 3 en L et R et gros trafic

 

B

 

5 ŕ 9

 

Trčs grosses difficultés

 

13

 

4,87

 

9,57

 

9,35

 

Nombreux 3 en L ou en R. Trafic moindre

 

 

C

Armée Leclerc

12

Longjumeau

6

Gare (pont SNCF)

12

Roger Salengro

6

Jean Allemane

12

Aubert

5

Paul Sumien

12

Marc Sangnier

5

Prés Saint-Martin

12

Marcellin Berthelot

5

Martiničre

10

Orge (Bld)

5

 

 

Procession

5

 GROUPE C 

Dans ce groupe également, les trottoirs sont de mauvaise qualité, surtout en ce qui concerne leur revętement, mais ils sont moins pénalisés que dans les 2 groupes précédents car le trafic est moins important.

Le problčme de la qualité des trottoirs n'en reste pas moins posé trčs fortement puisque nous trouvons encore des revętements trčs détériorés, voire en terre battue (1/3 environ). 

GROUPE D 

Les trottoirs sont parfois médiocres (en largeur aussi bien qu’en revętement), mais d’une maničre générale, les problčmes sont peu graves, parfois ponctuels.

 GROUPE E 

Les difficultés sont souvent mineures et pourraient dans bien des cas trouver des solutions quasi immédiates ou par des aménagements ŕ plus long terme. En revanche, nous regrettons la présence de poteaux EDF plantés en plein milieu du trottoir, pour lesquels les solutions ne sont pas simples.

 GROUPE F 

C’est le plus important en nombre (prčs de la moitié). L’état des trottoirs paraît acceptable, encore que des différences importantes existent en terme de largeur et de qualité de revętement. 

Le stationnement illicite     (123 signalements) De la part des automobilistes, il s'agit surtout d'un manque de civisme et de respect des autres.

Du côté de la commune, l’offre de places de stationnement est trčs inférieure aux besoins et la volonté de sanctionner n’est sans doute pas suffisante.

 Les obstacles fixes   (136 signalements) 

Les poteaux      EDF, PTT, éclairage public, signalisation : ils sont partout. D’une maničre générale, ils enlaidissent nos villes et contribuent pour beaucoup ŕ la réduction de la largeur utile de nos trottoirs. 

Les arbres    Certains trottoirs de Savigny (notamment Fromenteau, Sumien, Mossler) sont sévčrement dégradés par des racines. Faut-il pour autant supprimer les arbres ? Sűrement pas, au regard de réalisations satisfaisantes sur certains trottoirs (Ch. de Gaulle, Chateaubriand, Anatole France, par exemple).

 Quelques remarques complémentaires

§         Eclairage public

Il n'y a eu pratiquement aucun signalement concernant l'éclairage public.

§         Traversées de rues

Il s’agit des passages protégés. Ils sont dans l’ensemble satisfaisants, bien que certains soient mal signalés ou aboutissent sur des pots de fleurs ou des aires de stationnement (square Georges Brassens ou Grande Rue). Il y aurait cependant grand intéręt ŕ reprendre systématiquement l’examen de cet aspect – fondamental – pour la circulation des piétons (notamment des PMR) et pour leur sécurité.

§         Bordures de trottoirs

Un certain nombre de remarques pour signaler, soit leur dégradation, soit leur manque de visibilité : hauteur trop faible ou, ŕ l'inverse, excessive, qui peut provoquer des accidents pour les personnes âgées.    Il faudrait des seuils abaissés aux carrefours et aux intersections des rues (sécurité pour les poussettes, fauteuils, personnes âgées…).

§         Bateaux

Deux problčmes sont assez fréquemment signalés :

  - une trop forte déclivité, qui  les rend dangereux, surtout pour les personnes en fauteuil roulant (risque de basculement),

-  le recouvrement des caniveaux, qui contrarie l’écoulement et aggrave le risque d’inondation dans les secteurs sensibles. Lorsqu’elles forment une aręte vive, les extrémités du conduit peuvent en outre ętre dangereuses et faire chuter cyclistes et cyclomotoristes. Ces dispositifs ne sont pas autorisés dans la commune, mais ils font l’objet d’une tolérance.

§         Affichage des noms de rues

Le nom des rues n’est pas affiché ŕ chaque intersection, ce qui ne facilite pas les déplacements de tous les usagers de la voie publique, qu’ils soient motorisés ou non. Les exemples sont multiples.

Propositions

 La somme de toutes nos propositions constitue un programme de travaux trop important pour ętre réalisé immédiatement. Nous avons donc établi un ordre de priorité, qui repose sur la combinaison des trois critčres suivants : sécurité, coűt, délais

Premičre série

Il s’agit de véritables « points noirs » : des trottoirs « trčs dangereux », dans des rues ŕ trafic intense (bld des Belges, Montagne Pavée, Chamberlin, Champagne, Rossays, Jean Allemane, Martiničre, Prés Saint-Martin). Ils méritent une priorité absolue, le facteur « coűt » devant s’effacer devant la sécurité.

Ils justifient une ou plusieurs des actions suivantes : réfection du revętement, aménagement d’un trottoir unique, implantation de barričres de sécurité, réduction de la vitesse.

 Deuxičme série

Quelques rues des groupes B et C, dont les trottoirs, souvent trčs dégradés et encore en terre, doivent ętre refaits. Leur dangerosité est quelque peu atténuée par le niveau moindre du trafic.  

Troisičme série

Des problčmes relativement difficiles ŕ traiter, notamment en ce qui concerne les arbres (Fromenteau, Sumien, Charles Mossler et Gambetta).

 Quatričme série

En général, les difficultés relevées concernent seulement un tronçon de la rue, voire un point précis et limité. Selon la nature du problčme (poteau trčs gęnant, dégradation ponctuelle du revętement, envahissement par des frondaisons, etc…), des solutions peuvent ętre trouvées assez aisément pour que le trottoir redevienne sűr et confortable. 

Obstacles fixes

Faire preuve de plus d’attention et de bon sens lors des remplacements ou des implantations futures. A terme, l’enfouissement supprimera la plupart de ces obstacles (et constituera une amélioration certaine sur le plan esthétique), mais ne réglera pas le cas des supports d’éclairage et de signalisation routičre.

 Stationnement illicite

Dans notre commune – comme dans tant d’autres – c’est un problčme d’une gravité particuličre : voitures garées, soit sur le trottoir, soit ŕ cheval sur trottoir et chaussée. Avec la vitesse excessive, ce comportement des automobilistes est ressenti par nos enquęteurs, et bien au-delŕ, comme un problčme de plus en plus préoccupant.

Le stationnement en bordure de trottoir offre une barričre de protection et le rétrécissement de la chaussée induit une diminution de la vitesse.

A combattre par l’information, l’aide ŕ la prise de conscience, l’incitation, la dissuasion … et la sanction. 

Des pistes ŕ explorer

 cité-bus

Fonctionne ŕ la satisfaction de tous dans de nombreuses villes de province. Assurant une desserte locale fine complémentaire du réseau RATP, il pourrait ętre raccordé ŕ ce qui existe déjŕ dans des villes voisines.

 cheminements piétonniers

Certains existent déjŕ, quelques autres peuvent ętre créés. Ils peuvent raccourcir et améliorer l’accčs piéton ŕ des centres oů le parking est difficile : gare, services administratifs, etc.

 accčs aux écoles

Accompagner les enfants en voiture n’est pas une nécessité absolue. mais il faut trouver des moyens de remplacement adéquats assurant aux parents que leur enfant peut aller ŕ l’école ŕ pied ou en vélo en toute sécurité. Une réponse prometteuse semble ętre l’ « écomobilité scolaire » : des adultes accompagnent les enfants ŕ l’école ŕ pied ou ŕ vélo. Elle n’est pas aisée ŕ mettre en oeuvre, mais fonctionne déjŕ en différents endroits.

 stationnement

§         Amélioration des conditions de parking aux secteurs ŕ forte fréquentation (ex. parking gare) 

§         Utilisation d’espace libre pour parking SNCF (gare de marchandises),

§         stationnement de courte durée,

§         stationnement hors voirie,

§         voies réservées aux résidants,

§         surveillance et répression des infractions (stationnement sur trottoirs et espaces piétons..)

§         tarifs préférentiels pour les résidants,

§         places supplémentaires pour les handicapés,

§         places pour livraisons et interventions d’urgence (médecins …),

§         politique des tarifs (préférentiels, exemple parking gare SNCF actuellement sous-utilisé).

 déplacements

§         faire respecter les limitations de vitesse,

§         réduire la largeur de voie ŕ traverser (îlots refuges),

§         éviter les grands giratoires en ville,

§         aménager les feux pour les mal voyants,

§         aménager des sas de présélection,

§         choisir soigneusement le mobilier urbain et ses emplacements,

§         jalonner des itinéraires,

§         créer des réseaux vers les gares,

§         moduler la hauteur des trottoirs,

§         modifier le réglage des feux,

§         améliorer le marquage au sol,

§         implanter barričres, rampes, plots… 

3  -  LES AUTRES MODES DOUX

 Le roller

A Savigny, la pratique du roller semble inexistante. Pourquoi ? La création de sites propres paraissant difficile en raison notamment du manque de place disponible, la solution pourrait consister en des aménagements mixtes (piéton-roller ou vélo-roller). 

Le vélo 

La ville de Savigny n’offre aucun moyen spécifique pour la circulation des cyclistes : piste, aménagement sur la chaussée, carrefour organisé, parc sécurisé,... 

Les principales causes de chutes sont les plaques d’égouts, les nids de poules, l’étroitesse des rues et les séparateurs de chaussée. 

Ce dont ręvent les cyclistes :

§         Des bandes cyclables sur les grands axes,

§         Une signalisation qui les protčge,

§         Une zone réservée devant les feux tricolores avec feu vert anticipé,

§         Dans les sens uniques, une bande cyclable ŕ contresens,

§         Sur les ronds-points : une bande (prioritaire). 

Et, pour inciter les Saviniens ŕ prendre leur vélo :

          Des lieux de stationnement (gares, écoles, locaux collectifs, …),

          Des points d’accrochage,

          Un gardiennage,

          Des parcours jalonnés,

          Un réseau convergeant vers la gare.

CONCLUSION

Cette étude a permis de dresser un constat sur la situation des circulations douces dans notre ville et de formuler des propositions « raisonnables et raisonnées » qui devraient s’articuler avec celles issues de l’étude initiée par la municipalité sur la circulation et le stationnement automobiles. 

Pour ce qui est de la circulation piétonne, la situation est contrastée. 

Prčs d’un trottoir sur deux présente une bonne qualité en largeur et/ou en revętement.

A l’opposé, il reste des trottoirs trčs dégradés, voire inexistants, que notre enquęte a permis de bien identifier. Pour ceux-ci, qui présentent des risques réels pour les usagers, des travaux s’imposent d’urgence.

Pour le reste, dans bien des cas, des aménagements mineurs suffiraient ŕ améliorer confort et sécurité des piétons.

Dans un grand nombre de rues (et notamment la rue Jean Allemane), les trottoirs ont été largement grignotés au bénéfice de la partie carrossable. 

Les obstacles fixes (arbres et surtout poteaux) réduisent fortement la largeur utile des trottoirs. Des solutions devront donc ętre trouvées pour remédier progressivement ŕ cette situation. 

Le stationnement illicite aggrave la situation. Il s’agit d’un problčme d’infrastructure et de non-respect des rčgles par les automobilistes. Cependant, des alternatives doivent ętre proposées pour faciliter le respect des rčgles ou y inciter. 

Rien n’incite ŕ la pratique de la bicyclette (sans męme parler des rollers). 

D’une maničre générale, la situation actuelle n’encourage pas la pratique de la marche ŕ pied et encore moins celle de la bicyclette : ŕ Savigny, comme dans bien d’autres villes, la priorité est donnée depuis longtemps ŕ la circulation automobile. 

En face d’une évolution qui ne sera inéluctable que si nous acceptons de nous résigner, il est plus que temps de réagir. Pour notre part, nous faisons nôtre ce constat dressé par l'association "Droits du Piéton » :

« L'automobile a montré ses limites en ville : symbole de la liberté individuelle, elle est en milieu urbain un frein ŕ la liberté. L'automobiliste est captif de son véhicule, captif des embouteillages, des possibilités de stationnement, captif d'un urbanisme engendré par et pour la voiture, avec son cortčge d'insécurité et de pollution. Il est captif d'un mode de vie hyper individualisé, destructeur de la vie sociale et commerçante de la cité. »

 Instaurer un partage mieux équilibré entre les divers moyens de déplacement en redonnant droit de cité aux circulations douces devrait apparaître ŕ tous, et d’abord ŕ l’ensemble des élus, comme une meilleure approche qualitative de la vie individuelle et collective.

 La remise de la présente étude aux autorités compétentes et sa présentation en réunion publique le 8 février 2004 marquent le terme d’une étape consacrée ŕ une évaluation aussi objective que possible de la réalité savinienne en matičre de circulations douces et de ses perspectives d’évolution. Vient ensuite le temps de la réalisation. Elle demandera des moyens bien sűr, mais aussi de la réflexion, de l’invention et de la concertation.  

Sous l’égide des autorités auxquelles il revient d’animer cette démarche en l’ouvrant au maximum ŕ toutes les compétences et ŕ toutes les forces vives de notre ville, ELAN-Savigny Environnement souhaite participer activement ŕ la mise en śuvre de ce projet citoyen.

       Personnes ŕ contacter pour tous renseignements concernant cette étude :

M. Etienne LAMBERT        ( 01 69 21 61 64              e-mail : et.lambert@wanadoo.fr

Mme Evelyne BOURNER   ( 01 69 96 10 35              e-mail : eveton@aol.com


BULLETIN D’ADHESION OU DE RENOUVELLEMENT,  

ŕ retourner au Sičge Social d’ELAN-SAVIGNY ENVIRONNEMENT

                     146, avenue de l’Armée Leclerc, 91600 SAVIGNY-SUR-ORGE 

NOM : ______________________________________  Prénom : _____________________

 Adresse : __________________________________________________________________________

___________________________________________________________________________

Facultatif :   N° de téléphone : ___________________  E-mail : ______________________

 J’adhčre ŕ l’ASSOCIATION ELAN-SAVIGNY ENVIRONNEMENT (ou je renouvelle mon

adhésion). Je joins un chčque de  8  €  - cotisation minimum - ŕ l’ordre d’ELAN-SAVIGNY

ENVIRONNEMENT                       

                                                              Date : ___________________________  Signature :


haut de page