frise FCDE

FCDE

La Fédération pour les Circulations Douces en  Essonne lutte  pour la sécurité et le confort des déplacements  non motorisés  ( à pied, en fauteuil roulant, à vélo, à rollers)

logo de la FCDE -

Respectons-nous les uns les autres !

Accueil du site de la FCDE

Présentation de la FCDE

Statuts de la FCDE

La Charte de la FCDE

Liens utiles

 Associations adhérentes

Pages  adhérents

Recherche sur le site: cliquez ici

Mémento

Mémento technique de la FCDE en PDF

Actualités, débats, propositions 

Forum technique, définitions, documentations

1 Le Code de la rue et ses derniers développements 

2 Code de la route et

circulations douces

3 Code de la route et aménageurs

Législation sur les déplacements non motorisés, PDU, PLD

Déplacements des personnes à mobilité réduite et en fauteuil
Déplacements des piétons valides
Album des photos-chocs
Schéma Directeur des itinéraires et Charte des Circulations Douces du CG de l'Essonne  
Projets d'aménagements en Essonne

Voies Vertes en projet et réalisées en Essonne

Manifestations et balades 

Comptes rendus de réunions
Actions des associations locales adhérentes

1-Espace enfants: Sécurité, code, jeux, tests

 

2- pédagogie

Archives FCDE

 

retour vers comptes rendus

 Les comptes rendus FCDE, originellement à destination interne, ne prétendent pas être neutres: ils sont rédigés par des bénévoles qui, sans autre souci que la défense de la sécurité des piétons et des cyclistes, se sont donnés pour mission de convaincre les décideurs et les aménageurs du bien-fondé de leurs propositions. La démocratie participative  nécessite un échange sans complaisance entre autorités et administrations d'un côté et associations de l'autre. Les associations ne doivent pas se prêter au jeu trop facile de la critique systématique, mais en contre-partie, les autorités se doivent de permettre une concertation fondée sur de véritables échanges d'informations et d'idées.  

 

Compte rendu de la réunion du 12 juin 2003 au Château de Montauger, à Lisses 

COMPTE  RENDU  DE  LA FCDE 

 rappel  : II va de soi, que ces comptes rendus FCDE, originellement à destination interne, ne prétendent pas être neutres: les centres d'intérêt et les points de vue de la FCDE apparaîtront nettement. Sur demande de nos interlocuteurs du Conseil Général  pour éviter de personnaliser le débat, les participants du Conseil Général ne seront pas nommés.

Le Conseil Général de l'Essonne envisage des travaux importants sur la D153 en bas de la côte du Montauger pour permettre l'accès à L'Observatoire de la Nature installé dans le Château du Montauger, récemment acquis. 

A l'occasion de l'installation d'un parking visiteurs de l'autre côté de la route sur le territoire de la commune de Lisses, l'aménagement de la D153 sera fait dans les virages entre L'Essonne et le plateau, pour permettre aux piétons et cyclistes venant du parking, du marais, ou du GR 111bis de traverser en sécurité.

Actuellement à Lisses,  le long de la D153 (en fait, c'est l'ancienne déviation de Lisses, construite dans les années 70 comme une voie rapide, et actuellement limitée à 70 kmh), une piste mixte  est en cours  d'achèvement. Elle sera reliée au Montauger par une voie verte (non goudronnée) pour piétons et cyclistes longeant l'Aqueduc de la Vanne. 

Dans l'autre sens, depuis la gare de Mennecy, suite à la concertation avec les élus et les associations, un consensus s'est dégagé pour créer une voie verte en limite du marais permettant d'aller jusqu'au Montauger, sans passer par la route très étroite et qu'il serait très coûteux d'aménager réglementairement. 

Le représentant de la FCDE  a dû rappeler que :

  1. Les modifications au code de la route de 1998 (qui ont force de loi) prévoient qu'une "piste cyclable" ne peut être rendue obligatoire que si des équipements séparés existent pour les piétons. La FCDE soutient tout effort pour développer des chemins verts partagés entre usagers piétons et cyclistes, dans un but de promenade ou pour sécuriser des déplacements ponctuels d'usagers équipés de VTT et qui n'oseraient pas affronter la circulation automobile. 
  2. Mais elle s'oppose fermement au projet de rétrécissement de chaussée qui  avait été présenté aux élus et associations en avril au cours d'une réunion où aucun représentant d'usagers cyclistes n'avait été convié. Les cyclistes, en l'absence d'équipements  réservés à leur seul usage, ont droit au partage de la chaussée qui est inscrit dans les textes: la construction d'une voie verte en site propre ne peut pas être un moyen de chasser les cyclistes à jantes fines de la route.

La D153 dans la côte du Montauger est particulièrement dangereuse: La chaussée n'est actuellement que de 7m avec des bordures de trottoirs réduisant d'au moins 30cm la largeur utile (effet mur). Sur la plus grande partie de la montée la bande blanche centrale interdit les dépassements, le différentiel de vitesse en montée entre les cyclistes et les voitures et camions (théoriquement de moins de 12 tonnes, mais souvent bien plus gros) est excessif. Pour doubler, la plupart des conducteurs mordent sur la bande blanche, et 1 conducteur sur 10 environ passe à moins de 50cm, même dans la zone où le dépassement d'un véhicule lent est autorisé (marquage T3). 

Or le projet prévoit un rétrécissement de chaussée à 6m. Calcul simple: un camion fait 2m50 de large, une voiture moyenne hors tout  (rétros) 1,80. La limitation de vitesse proposée est de 70kmh, (elle est de 60 actuellement) pour être limitée à 50 quand on aborde le Montauger afin de signifier à l'automobiliste qu'il change de territoire. Et une glissière de sécurité en bois est prévue.

La FCDE propose de ne pas rétrécir la chaussée mais de la conserver à 7m et de décaler la ligne médiane dans les virages avec dépassement interdit, et donc bande blanche, pour avoir 3m en descente et 4m en montée. La voie verte le long de l'Aqueduc de la Vanne permettant aux cyclistes moins expérimentés de circuler en sécurité, il ne restera sur la  153 que les cyclistes plus rapides et expérimentés de distance. Dans les virages, en descente leur vitesse restera proche de celle des voitures (ou même supérieure) et les automobilistes resteront derrière de toute façon. En montée le décalage donnera une petite marge aux cyclistes dépassés. Dans la ligne droite en conservant le marquage T3 actuel mais avec le décalage préconisé les cyclistes lents seront en plus grande sécurité en montée.

Cette proposition n'a pas retenu l'attention de  l'Unité Technique T Est du  Conseil Général chargée des travaux. 

Nous avons bon espoir qu'elle s'imposera,  à moins qu'on nous offre un jour un superbe équipement de bandes cyclables vraies dans les deux sens.

Propositions qui n'ont pu être faites au cour du débat:

  1. Améliorer la lisibilité de la place à réserver aux cyclistes en montée par des marquages en chevrons ou genre bande cyclable avec logos vélo.
  2. Réparer les caniveaux et  abaisser ou supprimer les bordures en pierre.

Des problèmes de sécurité se posent aussi entre le Montauger et le Rond-Point de la Gare à Mennecy. Une étude sera nécessaire, la route restant dans son état actuelle si le choix de liaison verte vers le Montauger par le marais est accepté. Mais une première mesure serait de revenir au  ligne discontinue T3 pour dépassement de véhicules lents marquage T3, transformé en ligne continue il y a quelques années. 

La Fubicy propose ce panneau "pirate" pour rappeler la marge de 1m à respecter en ville.

Sur route: 1m50

 

Situation au 15 octobre: 2003

Les travaux sont achevés. Le dôme a été construit dans la partie hameau de Montauger. Bien qu'il ne soit accompagné d'aucun marquage, les automobilistes, comme à Saint Vrain, l'interprètent comme une super interdiction et n'osent pas rouler dessus et donc ne doublent pas. Mais dès qu'ils l'ont dépassé, aussi bien en montée qu'en descente, ils accélèrent à fond et chevauchent allègrement la double bande blanche et la partie neutralisée d'un mètre. Tant mieux pour les cyclistes. mais les automobilistes se retrouvent tous en infraction, et plus particulièrement ceux qui se  soucient le plus de la sécurité des cyclistes en s'en écartant le plus possible.

dome_montauger_19k.JPG

Cliquez sur les miniatures

Dans la ligne droite sur 400m environ, une bande de 80cm plus trait de peinture (=1m) a été tracée dans la montée (ne pas oublier qu'il y a une bordure de trottoir, ce qui réduit la largeur utile de la bande). Mais la ligne T3 dans la ligne droite a été remplacée par une ligne blanche continue que les camions et bus franchissent aussi bien en montée qu'en descente. Heureusement pour les cyclistes!

En revanche, dans la partie basse, on a maintenu la neutralisation par zone centrale peinte en rouge et lignes blanches de chaque côté. Donc triple interdiction de franchissement, mais  la plupart des automobilistes n'en tiennent pas compte quand il n'y a pas de danger à doubler. 

 

Conclusion : Les cyclistes ne peuvent pas se satisfaire de solutions bâtardes qui les mettent à la merci du jugement d'excités ou de timorés. Le Code de la route doit pouvoir être appliqué en toutes circonstances. Il est inadmissible que les automobilistes qui se préoccupent de la sécurité des cyclistes soient par nécessité mis en infraction. On ne peut assurer la sécurité d'une catégorie d'usagers (en l'occurrence les automobilistes) par la mise en danger d'une autre catégorie (les cyclistes) que l'on prétend pourtant vouloir protéger!

visitez la page  Ligne blanche non franchissable et ligne discontinue T3 pour dépassement de véhicules lents 

Heureusement, conscients des problèmes que pose le Montauger les responsables de la voirie du Conseil Général prévoient d'aménager à court terme une véritable piste cyclable bidirectionnelle parallèle à la D153. A suivre...Cette affaire n'est pas terminée!

 
haut de page