frise FCDE

FCDE

La Fédération pour les Circulations Douces en  Essonne lutte  pour la sécurité et le confort des déplacements  non motorisés  ( à pied, en fauteuil roulant, à vélo, à rollers)

logo de la FCDE -

Respectons-nous les uns les autres !

Accueil du site de la FCDE

Présentation de la FCDE

Statuts de la FCDE

La Charte de la FCDE

Liens utiles

 Associations adhérentes

Pages  adhérents

Recherche sur le site: cliquez ici

Mémento

Mémento technique de la FCDE en PDF

Actualités, débats, propositions 

Forum technique, définitions, documentations

1 Le Code de la rue et ses derniers développements 

2 Code de la route et

circulations douces

3 Code de la route et aménageurs

Législation sur les déplacements non motorisés, PDU, PLD

Déplacements des personnes à mobilité réduite et en fauteuil
Déplacements des piétons valides
Album des photos-chocs
Schéma Directeur des itinéraires et Charte des Circulations Douces du CG de l'Essonne  
Projets d'aménagements en Essonne

Voies Vertes en projet et réalisées en Essonne

Manifestations et balades 

Comptes rendus de réunions
Actions des associations locales adhérentes

1-Espace enfants: Sécurité, code, jeux, tests

 

2- pédagogie

Archives FCDE

 

retour comptes rendus

Direction des déplacements

 

Service Etudes et Grands Travaux

  

Evry, le 2 décembre 2003

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 24 NOVEMBRE 2003

DIRECTION DES DEPLACEMENTS / ASSOCIATIONS

MISE EN ŒUVRE DU SDDCD

                        

  Présents :

 

Monsieur GITTON

Directeur des Déplacements

Monsieur MAZIERE

Chef du Service Etudes et Grands Travaux

Mademoiselle DUVAL

Chargée d’Etudes SDDCD – SEGT

Monsieur SANSIER

Responsable Unité Technique Territoriale Ouest

Monsieur MALHANCHE

Responsable Unité Technique Territoriale Est

Monsieur OLLIE

Adjoint au responsable UTT Est

Monsieur CARROUEE

Président de la Fédération des Circulations Douces en Essonne

Monsieur ROMEC

Administrateur FCDE

Monsieur KOLSKI

Secrétaire FCDE

Monsieur LOUVET

Collectif de Sécurité des Deux Roues

Monsieur CODANI

CoDep91 cyclotourisme

Monsieur COUDEUR

CoDep91 cyclotourisme

Objet : Le 20 octobre 2003 l’Assemblée départementale a approuvé le Schéma Directeur Départemental des Circulations Douces (SDDCD). Dans le cadre de sa mise en œuvre, il est prévu de maintenir une concertation régulière avec les associations (notamment la FCDE et le CS2R) et les collectivités essonniennes notamment lors des études de faisabilité. Mlle Duval a été désignée pour piloter ces études et pour assurer la concertation.

 La réunion avait donc pour objet :

1)       de présenter aux associations les modalités de la poursuite de la concertation,

 2)       de définir ensemble la conduite à adopter les uns vis-à-vis des autres dans le cadre de cette concertation. Il faut notamment éviter les courriers permanents adressés par les associations directement à Monsieur Funès et tenter d’analyser ensemble au préalable les ajustements possibles sur les aménagements en cours de réalisation.

 3)       cette réunion devra donc permettre de définir les principes généraux des futurs aménagements. L’intérêt de la concertation avec les usagers est en effet de s’assurer que les projets réalisés sont bien en adéquation avec les besoins des usagers.

 

1)       Poursuite de la concertation

 La mise en œuvre du SDDCD intègre la poursuite de la concertation avec deux des associations représentatives au niveau départemental dans le domaine des circulations douces. Il s’agit de la Fédération des Circulations Douces en Essonne (FCDE) et du Collectif de Sécurité des Deux Roues (CS2R). Messieurs Carroué et Louvet seront les deux interlocuteurs privilégiés des services départementaux. Des associations représentatives au niveau local pourront également être consultées.

 Au sein du Département, Mademoiselle Duval assurera la mise en œuvre du SDDCD, c’est-à-dire les études préalables des 35 itinéraires inscrits et, pour 2004, pilotera une étude plus générale sur la faisabilité et les contraintes liées à l’aménagement de chaque itinéraire. Cette dernière étude devrait permettre en fin d’année 2004 de définir un programme des opérations à l’horizon 2015.

 Par ailleurs, les itinéraires n°5 (Limours / Arpajon), 10 (Ballancourt-sur-Essonne / Corbeil Essonnes), 25 (Juvisy / Yerres), 26 (Yerres / Corbeil Essonnes) et 32 (Athis-Mons / Massy) seront également étudiés en 2004.

 Pour les études menées hors SDDCD, les Unités Techniques Territoriales intégreront également les deux associations citées ci-dessus, Mademoiselle DUVAL ou des associations représentatives au niveau local, après définition des aménagements envisagés, comme cela a été fait récemment dans le cadre de l’aménagement de la RD8 entre Marolles en Hurepoix et Saint Vrain.

 Un tableau récapitulatif des coordonnées des principaux responsables des aménagements sur la voirie départementale sera adressé aux associations, afin de faciliter les contacts.

 2)       Modalités du partenariat

 Monsieur Gitton rappelle que les observations et « autres critiques » sur les projets d’aménagement du Département doivent être en priorité discutées avec les services départementaux concernés (UTTs et SEGT). Les courriers adressés directement à monsieur Funès, voire les articles de journaux, ne sont pas forcément une bonne solution pour la poursuite dans de bonnes conditions du partenariat entre les services et les associations.

 A ce titre, Monsieur Gitton rappelle que les projets répondent en général à un besoin local et donc à une demande des collectivités, à laquelle les services départementaux répondent en fonction des contraintes du terrain (espace disponible notamment). La concertation doit donc permettre de composer entre ces contraintes physiques, la demande des collectivités locales et les besoins des multiples usagers.

 Par ailleurs, en agglomération, il est rappelé que le pouvoir de police est exercé par le maire, et que, dans ce cadre c’est lui qui décide des types de panneaux de signalisation à implanter le long des aménagements cyclables. En tout état de cause, il est demandé aux services départementaux de limiter les panneaux B22a (aménagements obligatoires) au profit des panneaux C113 (aménagements conseillés).

  3) Principes généraux des futurs aménagements

 Sans revenir au cas par cas, les associations rappellent les types d’aménagement qui, selon elles, mettent en danger les cyclistes circulant sur la chaussée. 

Ces types d’aménagement sont au nombre de trois. Il s’agit :

 1)       des rétrécissements de chaussée avec construction d’un terre-plein central. Cette technique utilisée notamment par réduire la vitesse automobile a des effets pervers. Elle oblige le plus souvent les véhicules à doubler les cyclistes sans laisser une distance suffisante avec le vélo. Les terre-pleins au niveau des carrefours représentent également un danger (ex : RD26 à Saint Yon).

 2)       des aménagements de pistes cyclables sur ou à la place des trottoirs, qui engendrent des conflits d’usages voire des accidents entre piétons et cyclistes. Il est proposé de maintenir le trottoir pour les piétons et de déplacer les cyclistes au niveau de la chaussée pour une vraie application du caractère multimodal de la route (ex : comité d’axe Val d’Yerres).

 3)       des lignes blanches continues ayant le même type d’effets que les terre-pleins centraux. Dans certains secteurs, notamment la côte de Montauger, il est proposé de remplacer la double ligne blanche continue par une bande T3 côté montée.

 Pour le cas particulier de la côte de Montauger, monsieur Gitton rappelle que l’aménagement de cet axe répond avant tout au besoin de mettre en sécurité l’accès au domaine de Montauger. Il rappelle par ailleurs que cet aménagement a été prévu bien avant l’élaboration du SDDCD et donc avant la concertation. Depuis, il a été décidé qu’une étude serait lancée pour la création d’une piste cyclable en site propre. Le projet risque d’ailleurs d’être relativement long dans la mesure où des acquisitions de terrains sont nécessaires.

 De façon plus générale, les UTTs précisent que la bande T3 n’est plus appliquée en tant que tel en Essonne, car elle ne garantie pas la sécurité (collision frontale). Cette décision du Département fait suite notamment aux différentes observations sur le terrain par vidéosurveillance. Ces bandes sont, en effet mal interprétées par les automobilistes qui pratiquent toujours le dépassement des autres véhicules lourds alors que seul le dépassement des véhicules lents est autorisé.

 Considérant les deux premiers types d’aménagements, il est convenu que la présente réunion ne permettra pas de définir des solutions. Les aménagements, type terre-plein central, sont destinés à sécuriser les déplacements automobiles sur la chaussée et ne peuvent pas, de ce fait, être remis en question. Pour assurer la multimodalité, il faut donc envisager un aménagement complémentaire, parallèle, pour les cyclistes.

Il est donc proposé de faire deux réunions de travail entre les associations et les services départementaux afin de dresser un inventaire plus large des aménagements à envisager pour assurer la multimodalité.

 Deux réunions sont prévues :

-          le 23 janvier 2004 pour les aménagements types en milieu urbain et périurbain (RDV 9 heures à l’UTT Est),

-          le 6 février 2004 pour les aménagements types en milieu rural (RDV 9 heures à l’UTT Ouest).

 Observations diverses sur les projets d’aménagement :

 -          les itinéraires nord-sud  (ex : itinéraires n° 19, 22, 34 et 24) permettant d’irriguer les zones rurales depuis les zones urbaines doivent être réalisés en priorité. Cette demande sera prise en compte lors de l’étude générale sur le réseau départemental prévue en 2004.

-          la piste cyclable le long de la RN104 entre Saint-Michel-sur-Orge doit être maintenue. Aucune garantie ne peut être donnée sur cette observation. Cet axe est sous la compétence de l’Etat et doit le rester après la décentralisation. Le projet de Transport en Commun en Site Propre entre Saint-Michel-sur-Orge et Evry mené par la Communauté d’Agglomération du Val d’Orge intègre les circulations douces (mixité vélo / bus). A terme, il existera donc une alternative à la RN104.

-          prévoir une liaison vers Sainte-Geneviève-des-Bois depuis le bois de Saint Eutrope dans le cadre du projet de liaison douce « Forêt de Sénart – Bois de Saint Eutrope par franchissement de la Seine ».

 

haut de page