FCDE

La Fédération pour les Circulations Douces en  Essonne lutte  pour la sécurité et le confort des déplacements  non motorisés  ( à pied, en fauteuil roulant, à vélo, à rollers)

Respectons-nous les uns les autres !

Accueil du site de la FCDE

Présentation de la FCDE

Statuts de la FCDE

La Charte de la FCDE

Liens utiles

 Associations adhérentes

Pages  adhérents

Recherche sur le site: cliquez ici

Mémento technique de la FCDE en PDF

Actualités, débats, propositions 

Forum technique, définitions, documentations

1 Le Code de la rue et ses derniers développements 

2 Code de la route et

circulations douces

3 Code de la route et aménageurs

Législation sur les déplacements non motorisés, PDU, PLD

Déplacements des personnes à mobilité réduite et en fauteuil
Déplacements des piétons valides
Album des photos-chocs
Le Schéma Directeur Départemental des Circulations Douces du Conseil Général  
Projets d'aménagements en Essonne

Voies Vertes en projet et réalisées en Essonne

Manifestations et balades 

Comptes rendus de réunions
Actions des associations locales adhérentes

1-Espace enfants: Sécurité, code, jeux, tests

 

2- pédagogie

Archives FCDE

 

Les barrières et chicanes

Bugs Bunny est encore passé par là

Après les potelets et bordures double-hauteur anti-voitures en ville, le syndrome Bugs Bunny se répand aux Voies Vertes avec barrières et chicanes anti-mobs.

A l'évidence le recours à ces mesures dites passives est  révélateur d'une vision à courte vue des autorités.  Tout comme celle d'Elmer, le fermier chasseur qui détruit son domaine et se détruit lui-même en plaçant partout des obstacles contre les intrusions du lapin Bugs Bunny.

On invoque avec un brin de fierté, le caractère latin des Français, pour expliquer leur indiscipline. Et voilà pourquoi Paris est la championne mondiale des potelets. Très, très loin devant Rome la Latine qui en fait un usage modéré.

Et bien sûr, on ressort le manque, paraît-il, chronique de forces de police pour faire appliquer la loi. Pourtant la France, proportionnellement à sa population, a un effectif de policiers très supérieur à tous les pays d'Europe. 

Il est probable que, conscients de l'inefficacité de simples interdictions, et de la difficulté à mobiliser les électeurs potentiels sur la répression en justice de délits somme toute banals, les édiles et aménageurs recourent aux obstacles physiques par facilité ou lassitude.

Confronté aux mêmes problèmes d'incivisme se traduisant en intrusions des deux-roues motorisés, et maintenant de quads, sur les Voies Vertes, on recourt sans imagination au moyen habituel  : la pose d'obstacles. Au moins dans la lutte entre Bugs Bunny et Elmer, l'arroseur, Elmer, est l'arroseur arrosé. En revanche, dans le cas des Voies vertes, des parcs et des ENS (espaces naturels sensibles),  pour gêner les gêneurs, on gêne l'usager en bout de chaîne qui n'en peut mais, et on sacrifie son confort et parfois même sa sécurité. 

  Cliquez sur les images pour les voir agrandies 

1 barriere_Trophee2008.jpg (103479 octets)

En bout de chaîne, 

C'est lui qu'on gêne 

Le plus faible des usagers, celui qui est le moins capable de trouver une parade est finalement celui que pénalisent les mesures prises contre les intrusions de mobylettes. Inutile de dire que les conducteurs de "mobs", "quads" ou mini-motos trouvent encore plus de plaisir à forcer le passage en pétaradant.

voir les diapos 27 à 36 de la présentation qui a été faite au Colloque FCDE-APF du 12 décembre 2008 à Evry

Cette barrière théoriquement franchissable facilement par les personnes en fauteuil, bloque le passage des véhicules de promenade plus larges spécialement conçus pour transporter des personnes lourdement handicapées. 

2 barriere_ris.jpg (67804 octets)

Un barrière en fer que l'on franchit par dessus ou par dessous

3 barriere_monumentale_draveil.jpg (74288 octets)

Passage interdit aux voitures. Les piétons et cyclistes ont créé des passages sauvages latéraux. Mais ils sont infranchissables en raison des dévers dangereux pour les personnes en fauteuil.

4 barriere_Draveil_25sept05.jpg (182637 octets)

Gros blocs de béton en plus de la puissante barrière métallique.  Protection anti-chars ? 

5 barriere_Cyclotrans2008_400X300--52.jpg (94962 octets)

Passage boueux en hiver, un plaisir pour la moto "verte" ! Dangereux pour les personnes handicapées.

6 barrier_Cluny groupe.jpg (656894 octets)

Puisqu'on n'est pas trop gros on arrivera à passer (© groupe Cluny AF3V)

7 barrier_At07 182.jpg (642405 octets)

barrière virtuelle. Un idéal

8

barriere_DSC00921.jpg (94090 octets)

Le modèle à barrière pivotante, efficace contre les mobylettes, mais aussi contre les usagers en fauteuil roulant non accompagnés. Ces beaux espaces naturels leur sont interdits de fait. S'ils peuvent réussir à passer d'un côté rien ne garantit qu'ils pourront repasser dans l'autre sens.

Point de vue de la FCDE sur les barrières et chicanes

remarque préliminaire : la procédure normale pour les services de sécurité est bizarrement de casser à la barre à mine les cadenas pour intervenir plus vite. Peut-être trouvera-t-on un jour un système de fermeture électronique  plus économique. 

1- Barrière d'entrée en un ou deux éléments alignés. 

Il est légitime de rétrécir les passages à 1m 40 (largeur réglementaire du cheminement Loi handicap de 2005) ou à 1m 20 ce qui a le même rôle visuel d'identification du domaine non motorisé que les rétrécissements par bacs à fleurs aux entrées de zones 30. Tous les types de vélos (y compris avec remorques, ou tricycles handicapés), de poussettes ou de fauteuils roulants, peuvent passer, mais la barrière empêche physiquement les intrusions des voitures. 

 En revanche cela devient impossible si l'on veut aussi empêcher physiquement le passage des motos ou mobylettes (qui d'ailleurs peuvent facilement passer sur les côtés, ce qui n'est pas le cas des fauteuils...). La meilleure dissuasion est la présence de promeneurs à pied ou à vélo, complétée ponctuellement par des actions de police de voirie. Ainsi les exemples de la forêt de Sénart et de la vallée de l’Orge montrent que l’absence de chicanes n’entraîne pas de problèmes notables d’intrusion de VAM.

2- les chicanes sont à proscrire dans tous les cas : même avec un espace de 1m 60 entre les 2 barres implantées en parallèle, certains tricycles de transport d'une personne handicapée ne passent pas

4- il est nécessaire de laisser un passage dans l'axe, (type demi-barrière ou poteaux centraux) avec un espace d'au moins 1m40 entre 2 poteaux, et en prenant soin que ces rétrécissements soient bien visibles en particulier dans la pénombre.

5- la nouvelle loi de 2005 sur l'accessibilité est une arme puissante pour s'opposer aux chicanes ou barrières infranchissables. Nous constatons un changement d'attitude des aménageurs depuis.